Logique du terrorisme

Michel Bonan (2e édition : 2011)

 

 

Terrorisme et responsabilité des médias

  

« Il faut ajouter enfin la folle irresponsabilité des médias, qui semblent servir à plaisir les entreprises terroristes. Le but d’un attentat est toujours d’être connu, de ceux qu’on souhaite inquiéter d’abord, de ceux dont on escompte la solidarité ensuite. Faire connaître la grandeur du crime possible, et la cause pour laquelle on le commet, sont les seuls objectifs pratiques de cette sorte d’opération. On ne peut donc qu’être effaré des efforts considérables des médias pour servir les desseins terroristes. C’est en première page de quotidiens à grand tirage que sont publiées les menaces et les revendications des terroristes. Les journaux leur consacrent des exposés circonstanciés, parfois accompagnés de photographies édifiantes. Aux informations télévisées, le dernier attentat islamiste, ou seulement le projet avorté d’un tel attentat, occupe une place privilégiée. Les crises de plusieurs jours qui suivent certaines opérations terroristes sont exposées d’heure en heure par des journalistes fébriles, et l’inquiétude est entretenue avec beaucoup de « professionnalisme » au moyen de détails terrifiants ou macabres. On ne peut nier que les journalistes travaillent largement pour les terroristes, et que leur opération publicitaire est bien servie par des médias follement inconscients ou faramineusement fourbes. »

 

 

Provoquer un attentat terroriste

 

« Au cours des années 1880, en France, dix ans après la Commune, l’agitation sociale redevenait inquiétante. Il était urgent de mater énergiquement les grèves et l’insoumission ouvrière, par la force armée au besoin. Il fallait museler les organes de presse qui s’en offusqueraient, il fallait arrêter les meneurs les plus actifs, il fallait d’abord s’employer à y décider les parlementaires non seulement réticents mais largement déconsidérés par le récent scandale du Panama.

C’est alors que le 9 décembre 1893, un anarchiste, Auguste Vaillant, lance en pleine séance de la chambre des députés une bombe artisanale dont l’explosion provoque de nombreuses blessures, heureusement légères. Cet attentat spectaculaire était destiné, selon son auteur, à arracher des réformes sociales aux responsables politiques. Le jour suivant, le criminel était appréhendé, un mois plus tard il était condamné à mort, et décapité trois semaines après.

Dès le lendemain de l’attentat, la Chambre votait, en une seule séance et sans discussion, une série de lois sur la presse et sur les « associations de malfaiteurs », des crédits extraordinaires étaient attribués à la police, de nombreux journaux étaient saisis, d’autres interdits de vente dans les kiosques. Plusieurs mandats d’arrêts étaient enfin lancés et plus de soixante personnes appréhendées. Evidemment, toute critique visant les parlementaires était immédiatement soupçonnée de complaisance envers l’anarchisme et le terrorisme.

Il fallut attendre trente-trois ans pour éclairer cette merveilleuse histoire, avec la publication, en 1926, des Souvenirs de police du commissaire Reynaud. Selon un témoin entendu par le commissaire juste après l’attentat, toute cette affaire avait été montée par la police. Auguste Vaillant, honnête et révolté, avait été manœuvré. On avait fait sortir de prison un de ses anciens camarades, qui l’avait retrouvé et lui avait procuré un explosif fourni par le laboratoire de la Préfecture de police. Ce « camarade » avait été à nouveau emprisonné, peu avant l’attentat, pour le mettre à l’abri des recherches. Au cours de son bref procès, l’accusé avait certes « avoué » qu’un « mécène » lui avait procuré de l’argent pour louer une chambre à Paris et pour confectionner sa bombe, dont il lui avait fourni les principaux éléments. Mais la police ne déploya aucun effort pour retrouver ce mécène et le tribunal ne tint pas compte de son aveu.

Ainsi cet attentat, commis par un véritable terroriste, prêt à reconnaître son crime, et jusqu’à l’échafaud, a été l’instrument parfait dont avait besoin la faction la plus répressive du gouvernement pour renforcer son appareil policier et étouffer l’agitation sociale. »