Les sources et le sens du communisme russe

Nicolas Berdiaev (1938)

 

Exploitation

 

"Lénine n'avait pas prévu que l'exploitation de classe pourrait prendre des formes absolument nouvelles, différentes de celles du capitalisme. La dictature du prolétariat, renforçant le pouvoir gouvernemental, développe une bureaucratie colossale, envahissante, qui, telle une toile d'araignée, recouvre tout le pays. Bureaucratie soviétique, plus forte que l'ancienne bureaucratie tsariste, c'est une classe privilégiée nouvelle qui, à son tour, peut cruellement exploiter les masses populaires. Et c'est ce qui est arrivé. Un simple ouvrier touchait en moyenne 75 roubles par mois, mais un fonctionnaire soviétique, un "spécialiste", en touchait 1500. Voilà l'inégalité monstrueuse tolérée dans l'Etat communiste. La Russie soviétique est le pays du capitalisme d'Etat - non moins exploiteur que le capitalisme privé. Et cette période provisoire peut se prolonger à l'infini. Ceux qui y détiennent le pouvoir prendront goût à leur toute puissance ; ils ne désireront pas ces changements indispensables à l'établissement du communisme. Le pouvoir deviendra une fin en soi ; on luttera pour le conserver, le considérant comme un but, et non plus comme un moyen."

 

Etat policier

 

"Si paradoxal que cela paraisse, le bolchévisme est la troisième manifestation de la toute puissance russe, de l'impérialisme russe - la première ayant été le royaume moscovite, et la seconde l'Empire de Pierre. Le bolchévisme est la synthèse d'Ivan le Terrible et de Marx. Et ce qu'il y a de plus mauvais en lui vient d'Ivan le Terrible, et non de Marx - lequel puisait tout de même à des sources humanistes. Le bolchévisme est le produit d'une union entre les aspirations vers une justice sociale et le besoin d'un gouvernement fort : c'est cette dernière tendance qu'il l'a emporté. Le nouveau gouvernement a pénétré dans la vie russe, sous la forme d'une force militarisée ; mais les anciens gouvernements russes avaient toujours eux aussi été militarisés. Le problème du pouvoir reste fondamental chez Lénine, tous les autres lui sont subordonnés, et c'est ce point qui distingue les Bolchéviks parmi les révolutionnaires. Ils ont créé un Etat policier, dont le mode d'administration demeure très semblable à ceux d'autrefois."