Le plan pangermaniste démasqué

André Chéradame (1916)

 

Le Plan Pangermaniste

 

"On pourrait croire que l'expression pangermanisme désigne la théorie en vertu de laquelle les Allemands prétendent absorber seulement les régions où vivent en masses denses des Allemands limitrophes de l'Empire, ce qui après tout, serait conforme au principe de nationalité. Mais le pangermanisme n'a nullement ce but restreint qui serait légitime. On pourrait encore supposer qu'il a pour objet de réunir au sein de mêmes frontières des peuples d'origine plus ou moins germanique. Le Pangermanisme n'est pas encore cela, il est en réalité, la doctrine d'origine strictement prussienne qui vise, en dehors de toute question de langue ou de race, à absorber les diverses régions dont la possession est utile à la puissance des Hohenzollern [famille qui régna sur l'Empire d'Allemagne jusqu'en 1918].

En septembre1900, Le Kaiser Guillaume II déclara :"Je n'ai aucune crainte dans l'avenir. Je suis convaincu que mon plan réussira". Ce plan se résumait dans l'esprit de Guillaume II dans la réalisation de la formule capitale de domination pangermaniste : de Hambourg au golfe persique [la construction d'une ligne de chemin de fer jusqu'à Bagdad permettant  d'exploiter les matières premières présentes en nombre, en s'assurant de la docilité des pays traversés]. Pour y parvenir, le Kaiser était résolu à attacher par des liens sans cesse plus étroits l'Autriche-Hongrie à l'Allemagne. Pour assurer son hégémonie sur les peuples des Balkans, il comptait sur le concours de leurs rois d'origine germanique (Bulgarie et Roumanie) ou subissant de très près des influences germaniques qu'il organisait lui-même. C'est ainsi qu'il fit épouser sa propre soeur, Sophie, en 1889, à l'héritier du trône de Grèce, devenu le roi Constantin. Enfin, presqu'aussitôt son avènement, il avait déjà conçu de flatter les Turc et les musulmans afin de mettre plus tard la main sur l'Empire ottoman et de se faire des mahométans répandus dans le monde une arme contre toutes les autres puissances. C'est en effet le 8 novembre 1898 que Guillaume II prononça à Damas ces paroles fameuses : "Puisse Sa majesté le Sultan, ainsi que les 300 millions de mahométans qui vénèrent en lui leur Calife, être assurés que l'empereur allemand est leur ami pour toujours."

 

 

Causes de la guerre

 

"La guerre a une cause profonde lointaine unique : la volonté de Guillaume II de réaliser le plan pangermaniste. Toutes les causes secondaires de la guerre, c'est à dire les causes économiques procèdent de celle-là. En effet, la réalisation du plan pangermaniste a précisément, en partie, pour objet de mettre fin aux difficultés énormes que l'Allemagne s'est elle-même créées en hypertrophiant son industrie et en rompant ainsi le juste équilibre qui existait jadis chez elle entre la production agricole et la production industrielle. lLa réalité de cette cause profonde unique de la guerre est démontrée par :

1- la préparation intellectuelle, dans tous les domaines, du plan pangermaniste depuis vingt-cinq ans.

2- Des aveux formels très anciens du genre de celui-ci : En 1898, le contre-amiral allemand von Goetzen, ami intime du Kaiser, se trouvant à manille, tout en déclarant qu'on ne le croirait sûrement pas, dit à l'amiral américain Dewey qui venait de détruire devant Manille la flotte espagnole : " Dans environ quinze ans, mon pays commencera sa grande guerre. En deux mois nous serons à paris. Mais ce ne sera qu'un premier pas vers notre but réel : le bouleversement de l'Angleterre. Chaque chose se produira à l'heure dite ; car nous seront prêt et nos ennemis ne le seront pas." (V. Naval and Military Record, cité par L'Echo de Paris, 24 septembre 1915.)

3- Les faits matériels de préparation mondiale manifeste à la guerre plusieurs mois avant son éclat, mais après que le Kaiser avait résolu de la déclencher, c'est à dire vers le mois de novembre 1913. Ces faits matériels sont multiples, mais il suffira de rappeler comme particulièrement significatifs, parce qu'ils ont exigé un long et compliqué effort : l'organisation du ravitaillement des croiseurs-corsaires allemands dans toutes les mers du globe, en vue d'une longue guerre de course et la préparation de la révolte du sud-africain contre l'Angleterre.

 

Les causes immédiates d la guerre qui ont décidé Guillaume II à précipiter le conflit sont :

1- la défaite de la Turquie en 1912 par l'Italie et les Balkaniques, défaite qui en portant atteinte à l'influence berlinoise à Constantinople, compromettait par là même la mainmise allemande commencée sur l'Empire ottoman.

2- Les conséquences du traité de Bucarest qui en 1913 avaient élevé automatiquement une barrière puissante aux prétentions pangermanistes sur les Balkans.

3- L'évolution intérieure de l'Autriche-Hongrie qui, en raison des progrès incessants des sujets slaves et latins de François-Joseph, menaçait à bref délai de soustraire l'empire des Habsbourg à la tutelle de Berlin.

Ces deux derniers groupes de fait auraient eu pour conséquence de réaliser en Europe centrale et dans les Balkans des barrières anti-allemandes. Or, ces barrières eussent empêché pour toujours la réalisation du plan pangermaniste.

Pour parer à ces diverses éventualités il ne restait à Guillaume II qu'une ressource : la guerre.