Marc Aurèle

Pensées pour moi-même, Marc Aurèle

 

     Juge-toi digne de toute parole et de toute action conformes à la nature. Ne te laisse détourner, ni par la critique des uns, ni par les propos qui peuvent en résulter. Mais, s’il est bien d’agir ou de parler, ne t’en juge pas indigne. Les autres ont leur principe particulier de direction et ont affaire à leur instinct particulier. Quant à toi, ne t’en inquiète pas ; mais poursuis droit ton chemin, en te laissant conduire par ta propre nature et la nature universelle : toutes deux suivent une unique voie.

 

 

     Le vaniteux fait dépendre son propre bonheur de l'activité d'autrui ; le voluptueux, de ses propres sensations et l'homme intelligent, de ses propres actions.

 

 

     Souviens-toi de la matière universelle dont tu es une si mince partie ; de la durée sans fin dont il t'a été assigné un moment si court, et comme un point ; enfin de la destinée dont tu es une part et quelle part ! 

 

 

     En te levant le matin, rappelle-toi combien précieux est le privilège de vivre, de respirer d'être heureux.

 

 

     Que de temps gagné quand on ne regarde pas ce que dit, fait ou pense le voisin, mais seulement ce qu'on fait soi-même, afin que ce soit juste, pieux et conforme au bien ! Ne guette pas le mauvais caractère mais cours droit au but sans te disperser.

 

 

      Qui vit en paix avec lui-même, vit en paix avec tout l'univers.

 

 

     Si un élément externe vous fait souffrir, notre douleur n'est pas causée par cet élément en tant que tel mais par votre propre jugement de cet élément; et vous avez le pouvoir d'annuler ceci à tout moment.

 

     Considérez les occasions où votre chagrin et votre colère vous ont causé plus de souffrances que les faits eux-mêmes.