La 1ère Guerre mondiale

 

"En 1914, l'éclatement de la guerre suscita la formation en Grande-Bretagne de la Union of Democratic Control (UDC). A l'origine de cette organisation présidait le constat que le conflit était la conséquence d'accords internationaux secrets conclus entre puissances et non ratifiés démocratiquement. Le manifeste de l'UDC réclamait notamment que "Nul traité, accord ou négociation soit entrepris au nom de la Grande-Bretagne sans la sanction du Parlement". Malgré les attaques dont ses membres furent l'objet en vertu des lois britanniquedu temps de guerre,, le mouvement prit de l'ampleur tout au long du conflit et compta, en 1917, jusqu'à 650000 adhérents."

 

 

Randolph Bourne, La santé de l'Etat c'est la guerre (1919)

Le plan pangermaniste démasqué (1916)
Le plan pangermaniste démasqué (1916)

 

Le Plan Pangermaniste

 

"On pourrait croire que l'expression pangermanisme désigne la théorie en vertu de laquelle les Allemands prétendent absorber seulement les régions où vivent en masses denses des Allemands limitrophes de l'Empire, ce qui après tout, serait conforme au principe de nationalité. Mais le pangermanisme n'a nullement ce but restreint qui serait légitime. On pourrait encore supposer qu'il a pour objet de réunir au sein de mêmes frontières des peuples d'origine plus ou moins germanique. Le Pangermanisme n'est pas encore cela, il est en réalité, la doctrine d'origine strictement prussienne qui vise, en dehors de toute question de langue ou de race, à absorber les diverses régions dont la possession est utile à la puissance des Hohenzollern [famille qui régna sur l'Empire d'Allemagne jusqu'en 1918].

En septembre1900, Le Kaiser Guillaume II déclara :"Je n'ai aucune crainte dans l'avenir. Je suis convaincu que mon plan réussira". Ce plan se résumait dans l'esprit de Guillaume II dans la réalisation de la formule capitale de domination pangermaniste : de Hambourg au golfe persique [la construction d'une ligne de chemin de fer jusqu'à Bagdad permettant  d'exploiter les matières premières présentes en nombre, en s'assurant de la docilité des pays traversés]. Pour y parvenir, le Kaiser était résolu à attacher par des liens sans cesse plus étroits l'Autriche-Hongrie à l'Allemagne. Pour assurer son hégémonie sur les peuples des Balkans, il comptait sur le concours de leurs rois d'origine germanique (Bulgarie et Roumanie) ou subissant de très près des influences germaniques qu'il organisait lui-même. C'est ainsi qu'il fit épouser sa propre soeur, Sophie, en 1889, à l'héritier du trône de Grèce, devenu le roi Constantin. Enfin, presqu'aussitôt son avènement, il avait déjà conçu de flatter les Turc et les musulmans afin de mettre plus tard la main sur l'Empire ottoman et de se faire des mahométans répandus dans le monde une arme contre toutes les autres puissances. C'est en effet le 8 novembre 1898 que Guillaume II prononça à Damas ces paroles fameuses : "Puisse Sa majesté le Sultan, ainsi que les 300 millions de mahométans qui vénèrent en lui leur Calife, être assurés que l'empereur allemand est leur ami pour toujours."

 

Propaganda (1928), Edward Bernays, Editions La découverte
Propaganda (1928), Edward Bernays, Editions La découverte

 

 Entrée en guerre des Etats-Unis

 

     "Lorsque le gouvernement des Etats-Unis décide d'entrer en guerre, le 6 avril 1917, la population est en effet largement opposé à cette décision : et c'est avec le mandat explicite de la faire changer d'avis qu'est créé par le président Thomas Woodrow Wilson (1856-1924), le 13 avril 1917, la Commission on Public Information (CPI) ; souvent appelée "Commission Creel", du nom du journaliste qui l'a dirigée, George Creel (1876-1953).

Cette commission, qui accueille une foule de journalistes, d'intellectuels et de publicistes, sera un véritable laboratoire de la propagande moderne, ayant recours à tous les moyens alors connus de diffusion d'idées (presse, brochures, films, posters, caricatures notamment) et en inventant d'autres. Elle était composée d'une Section étrangère (Foreign Section), qui possédait des bureaux dans plus de trente pays, et d'une Section intérieure (Domestic Section) : elles émettront des milliers de communiqués de presses, feront paraître des millions de posters (le plus célèbre étant sans doute celui où on lit : I want you for US Army, clamé par Uncle Sam) et éditeront un nombre incalculable de tracts, d'images et de documents sonores.

La commission inventera notamment les fameux "four minute men" : il s'agit de ces dizaines de milliers de volontaires -le plus souvent des personnalités bien en vue dans leur communauté- qui se lèvent soudain pour prendre la parole dans des lieux publics (salle de théâtre ou de cinéma, églises, synagogues, locaux de réunions syndicales, et ainsi de suite) afin de prononcer un discours ou réciter un poème qui fait valoir le point de vue gouvernemental sur la guerre, incite à la mobilisation, rappelle les raisons qui justifient l'entrée en guerre des Etats-Unis ou incite à la méfiance -voire à la haine- de l'ennemi."