Franc-maçonnerie

La trahison des initiés, Alain pascal (2013)
La trahison des initiés, Alain pascal (2013)

 

      "La maçonnerie est une société secrète, car le Temple et la loge maçonnique ne sont pas des édifices ouverts à la population, mais des lieux clos accessibles aux seuls initiés.

Cette société secrète possède une hiérarchie et des règles non démocratiques puisque le Suprême Conseil est la personnification du pouvoir oligarchique et que ses dignitaires, nommés à vie, sont irrévocables.

Pour les initiés, l'Egalité est une utopie républicaine... l'initiation engendre la formation d'une élite.

Cette élite est occulte et ne peut se dérober à la politique. Cette surveillance traditionnelle de ceux qui ont la charge de l'Etat a toujours été une des préoccupations de la Franc-maçonnerie.

Or, si se réunir en société secrète tient à la liberté de chacun, surveiller les dirigeants prête plus à discussion, surtout dans une Démocratie. Pour le moins, l'appartenance des hommes politiques à la Maçonnerie aurait dû être déclarée au grand jour. Cela eût levé toutes suspicions. Car de deux choses l'une, soit une organisation agit dans l'intérêt de tous, on veut bien le croire, mais alors pourquoi se cache-t-elle ? Soit elle n'agit que dans l'intérêt de quelques-uns et, dès lors, il est scandaleux qu'elle prétende agir dans l'intérêt de tous. [...]

En surveillant la Démocratie, la Maçonnerie se pare tant du politique que de la versatilité connue du suffrage. Il suffit d'amuser le citoyen avec des querelles de façade, telles les luttes syndicales et culturelles qui entretiennent la lutte des classes, et surtout la grande comédie de la droite contre la gauche."