Euro-Régions

La marche irrésistible du nouvel ordre mondial, Pierre Hillard (2013)
La marche irrésistible du nouvel ordre mondial, Pierre Hillard (2013)

 

"La décentralisation/régionalisation lancée par le gouvernement Raffarin en 2002 ouvre la voie à l'émancipation politique et financière des régions. En 2003, l'Alsace a obtenu le privilège de gérer les Fonds structurels directement avec Bruxelles sans passer par l'autorité de l'Etat français, c'est à dire par l'intermédiaire des préfets. Désormais, l'interlocuteur direct du Conseil Régional Alsacien, dans cette affaire de gros sous, est l'autorité supranationale de Bruxelles. D'une certaine manière, la France a perdu l'Alsace même si, théoriquement, cette région reste officiellement dans le cadre national. N'oublions pas que la coopération transfrontalière, dont le but officiel est de transformer les frontières nationales en frontières administratives, conduit progressivement à fusionner l'Alsace avec le pays de Bade, appelés à constituer une eurorégion rhénane. [...] Actuellement, nous assistons au transfert de plus en plus massif de prérogatives aux régions, traitant de plus en plus avec les autorités supranationales de Bruxelles. A rythme, les jours de la France en tant que nation sont comptés."

 

La liberté des nations, John Laughland (2001)
La liberté des nations, John Laughland (2001)

 

"Plusieurs euro-régions ont déjà été créées et, aussi étrange que cela paraisse, elles semblent être exclusivement situées sur les frontières de l'Allemagne - en Alsace, en Silésie, en Bohême et en Schleswig. On entend souvent affirmer que les frontières politiques sont un non-sens et que les réseaux de transports et l'implantation urbaine devraient être coordonnées de manière transfrontalière. L'accent est toujours mis sur la nécessité de restructurer l'espace, et de passer des unités nationales aux unités supranationales et régionales.

Comme Hans-Rüdiger Minow l'a montré, il existe une politique allemande et européenne concertée de soutien aux mouvements régionalistes et autonomistes dans les Etats européens. Qu'il s'agisse des Bretons en France, des Catalans en Espagne, des Ecossais en Grande-Bretagne ou de quelque autre minorité que ce soit, récemment "découverte" en Pologne occidentale, le soutien apporté par l'Europe, à travers le Comité des Régions, à l'ethnicisation de la carte politique de l'Europe, a pour effet de détruire de l'intérieur la structure politique des Etats-nations. Elle a aussi pour effet de suggérer que la politique doit être fondée sur des considérations ethniques. Minow insiste sur le fait que rien de tout cela n'affaiblira l'Allemagne. Etant ethniquement homogène, elle ne sera pas victime de règles appliquées aussi aux autres."