Elite

« Une fois au sein de l’élite, la concurrence cesse de jouer : ce sont l’entraide et la solidarité qui deviennent la règle. En témoignent les ententes, explicites ou tacites, les cartels… Pensons aux manipulations concertées du taux interbancaire LIBOR (London Interbank Offered Rate) en 2008, qui exigeaient la collaboration de la quasi-totalité des opérateurs présents sur les marchés, comme le rapporta devant les tribunaux Tom Hayes, d’UBS, considéré comme le chef d’orchestre des délits de ce type sur le marché japonais. Nul n’a dit, après tout, que l’entraide et la solidarité étaient nécessairement éthiques… »

Paul Jorion, Le dernier qui s’en va éteint la lumière, Fayard (2016), p. 114