Souveraineté

« Au lieu de continuer à désespérer la jeunesse de ce pays, il faut enfin lui poser la question cruciale, que chacun élude soigneusement, la seule question qui vaille dans ce débat : est-ce qu'on garantira plus aisément la paix, la démocratie, le bonheur, les conditions les plus favorables à l'épanouissement personnel et aux grands élans collectifs en renonçant à notre souveraineté ou bien en la préservant ? »

 

Philippe Seguin, extrait du discours à l'Assemblée Nationale avant le vote pour le Traité de Maastricht, le 5 mai 1992