Création monétaire

« Il est aujourd'hui pour le moins paradoxal de constater que, pendant des siècles, l'Ancien Régime avait préservé jalousement le droit de l'Etat de battre monnaie, et le privilège exclusif d'en garder le bénéfice, alors que la république démocratique a, elle, abandonnée pour une grande part ce droit et ce privilège à des intérêts privés. »

L’impôt sur le capital et la réforme monétaire, Maurice Allais (1976)

Écrire commentaire

Commentaires : 0